Le somnambulisme – définition

La définition du somnambulisme

Le somnambulisme est le fait d’effectuer des actions plus ou moins complexes qui interviennent durant votre sommeil. En fait, on l’associe à la parasomnie. Un insomniaque va avoir différents comportements qui peuvent varier entre parler ou s’asseoir sur le lit jusqu’à conduire une voiture. Toutefois la posture d’un somnambule est bien différente de ce qu’on peut s’imaginer. Oubliez les yeux fermés, les bras en avant, un somnambule va avoir les yeux ouverts en ayant un regard vide. Alors qu’il aura une démarche presque naturelle.
Mais c’est quelque chose d’assez surprenant. Croiser son conjoint ou un membre de la famille dans un état second peut être surprenant voir effrayant. Finalement, Le Guide va démystifier ce qu’est le somnambulisme. Pour approfondir les choses, il est bon de lister les différents types de somnambulisme et d’en connaitre les causes. Nous finirons par voir les solutions et les comportements à avoir face à un somnambule.

Sommanbulisme dfinition

Les différents types de somnambulisme

Il existe 3 types de somnambulisme différents, allant du fait de s’asseoir sur son lit jusqu’aux crises plus violentes.

1/ Le somnambulisme simple

Dans le somnambulisme simple on distingue deux cas comportementaux :

  1. La phase la moins impressionnante. La personne va s’asseoir sur le bord de son lit. Elle va balbutier quelques mots et effectuer quelques gestes maladroits.
  2. La forme la plus connue, la déambulation. Le somnambule va se lever en ayant les yeux ouverts avec un regard inexpressif et déambuler dans sa maison. Il est néanmoins capable de répondre à des questions simples et peut effectuer certains ordres et des actions simples. Il peut éviter des meubles, descendre les escaliers, attendre quelque chose. Mais également, il peut vider une armoire, manger, conduire son véhicule, faire la vaisselle ou uriner dans un coin.

En général, les crises de somnambulisme simples se passent environs 1 fois par mois. Et sont des crises relativement courtes (environs 10 minutes).

2/ Le somnambulisme à risque

Le somnambulisme à risque est l’accentuation du trouble simple.
La durée de ces crises est supérieure à 10 minutes et la fréquence est d’environ 2 à 3 fois par semaine. Lors de ces crises, aussi bien pour le somnambule que pour son entourage, on observe des risques. Par exemple, l’accessibilité aux couteaux de cuisine est un problème. Il peut effectuer des gestes violents, tomber et même tenter de se défenestrer.

3/ Le somnambulisme dissociatif

Ce comportement peut apparaître lorsque l’on prend contact avec le somnambule, pour le calmer, le retenir, le réveiller. Il peut vivre cet échange comme un événement traumatisant et peut être pris de panique. Dans ces moments-là, le risque de défenestration est doublé chez l’enfant. Lorsque le somnambule va s’exprimer le plus, les crises les plus impressionnantes seront ressenties. Ses paroles seront par contre incompréhensibles pour nous. Il va associer ses sentiments et ses ressentiments avec des mots pour s’exprimer. Ce cas de somnambulisme est le plus rare à observer.

Ne prenez pas peur, la plupart des comportements durant le somnambulisme sont des cas uniques et très rare. Même ceux qui vous semblent les plus fous. Verrouillez bien portes et fenêtres pour limiter les risques durant les crises de somnambulisme. Apres chacune de ces crises le somnambule n’aura aucun souvenir de ses balades nocturnes.

Les causes du somnambulisme

Attardons-nous sur les causes du somnambulisme, qui peuvent être nombreuses et très différentes selon l’âge du sujet. Nous distinguerons donc le cas de l’adulte et de l’enfant. Si votre jeune enfant fait des crises de somnambulisme, ne vous en faîtes pas. C’est un comportement tout à fait naturel. Ses premiers stress, la rentrée, un contrôle ou autre, vont causer ces troubles du sommeil. Le manque de sommeil peut également influencer leur trouble.

Pour un somnambule adulte, les causes des crises peuvent être nombreuses :

  • Le stress et le manque de sommeil également,
  • Un traumatisme émotionnel,
  • Une activité intense,
  • L’épilepsie,
  • Les migraines,
  • La prise de certains médicaments,
  • La consommation excessive d’alcool ou de stupéfiants.

« Je parle dans mon sommeil, est-ce du somnambulisme ? » Non. Le fait de parler dans son sommeil est appelé Somniloquie. C’est un autre type de parasomnie classé avec l’apnée du sommeil.

Comment traiter un somnambule ?

Faut-il réveiller un somnambule ?

Oubliez le mythe que réveiller un somnambule va lui causer une crise cardiaque ou autre. Vous pouvez réveiller un somnambule mais cela reste quand même déconseillé, en effet le somnambule peut très mal vivre un réveil brusque, comme une épreuve traumatisante et il peut entrer en état de choc intense. Raccompagnez-le gentiment à sa chambre ou dites-lui de retourner se coucher, il se rendormira de lui-même.

Comment soigner le somnambulisme ?

Il n’existe de pas de remède miracle pour le soigner. D’autant que les causes de ces crises restent encore méconnues. Notons que les crises ont tendance à disparaître avec le temps. Si les crises persistent et qu’elles sont supérieures à 3 par mois, cela devient un problème. Le conseil est de consulter un centre du sommeil. Certains médicaments, sédatifs, anticonvulsifs, aident à combattre le somnambulisme, avec prescription médicale. Des séances d’hypnoses peuvent être également conseillées.

Désormais vous saurez quoi faire si vous vous retrouvez nez à nez avec un somnambule, sans paniquer.